~  Plus qu’une école de DANSE  ~

Jelly Roll Morton – Partie 1

Biographies Jazz

Aujourd’hui, dans les petites biographies d’Easy Swing, j’aimerais vous parler d’un des meilleurs pianistes ayant participé à la création du Jazz ou, comme il aimait se définir, de l’inventeur du Jazz !

Mesdames et messieurs, voici Jelly Roll Morton !

Jelly Roll Morton
Le jeune Jelly Roll Morton au Piano

L'histoire racontée par le protagoniste

Un homme de grande taille, mince et aux manières courtoises, entra dans l’Auditorium Coolidge de la Bibliothèque du Congrès à Washington le matin du samedi 21 mai 1938.

Alan Lomax, directeur de la section musique populaire de la Bibliothèque, l’attendait près d’un piano à queue et d’une flûte à bec.

L’invité s’est assis au piano et, s’accompagnant de quelques accords, a commencé à raconter l’histoire de sa vie. Pendant six semaines, il revint très souvent à Lomax et lorsque la série de disques fut achevée, les amateurs de musique afro-américaine eurent à leur disposition un témoignage direct exceptionnel de l’aube du jazz et de son premier épanouissement, de la souche composite de ragtime, marches, musique religieuse et populaire de la Nouvelle-Orléans de la fin du XIXe siècle.

L’extraordinaire «conteur» est né à la Nouvelle-Orléans le 20 septembre 1885 dans une famille créole.

Son nom était Ferdinand Joseph La Menthe, qu’il a changé en Morton parce qu’il ne voulait pas être connu sous un nom français. Au cours de la narration, il s’arrêtait souvent pour évoquer les mélodies qu’il avait entendues dans son enfance: c’étaient de vieilles chansons dans le dialecte des créoles français, si anciennes, disait-il, que personne ne savait avec certitude qui les avait composées.

La passion musicale était vivante dans la famille La Menthe. «Il y avait toujours un instrument dans la maison»,  et mes parents m’accompagnaient souvent aux concerts de «l’Opéra Français», dans la rue Royale.

À sept ans, il jouait déjà bien de la guitare espagnole et s’initiait également au violon et à la batterie, mais il commença bientôt à se consacrer au piano. A treize ans, il perd sa mère et il est placé sous la protection d’un oncle, barbier de profession. Il commence alors à faire des petits boulots pour gagner quelque chose : il travaille comme livreur et aide dans la boutique de son oncle, il est cireur de chaussures dans les rues de la Nouvelle-Orléans, il apprend à marquer les sacs de sucre et il complète son ‘’salaire’’ avec des prestations musicales occasionnelles.

Inévitablement, comme tous les musiciens de jazz de la Nouvelle-Orléans, Morton s’est également retrouvé à se produire dans les maisons mal famées de Storyville, le célèbre quartier rouge. C’est pourtant une période dont il se souviendra plus tard avec plaisir. Il gagnait beaucoup plus, jouait la musique qu’il aimait et perfectionnait son style de piano.

Les premières années de Ferdinand Morton

La famille s’inquiétait de l’influence que l’environnement pouvait avoir sur un si jeune garçon et, à travers lui, sur les autres enfants de la maison.

Ainsi, un dimanche matin, en rentrant d’une soirée de divertissement, il se trouva confronté à sa très respectable arrière-grand-mère, Mimì Pechet, qui lui reprochait d’être décidément sur un mauvais chemin : avec ce genre de vie errante, il aurait pu une mauvaise influence sur les jeunes sœurs. Il aurait donc été préférable pour tout le monde qu’il quitte son foyer pour mener ailleurs la vie et la profession qu’il avait choisies.

Le jeune homme n’avait pas d’issue : il s’installa à Biloxi, pour vivre avec sa marraine.

Il essaya alors de se débrouiller seul, allant vivre à Meridian, une autre ville du Mississippi, mais la fièvre typhoïde l’obligea à retourner, fiévreux, chez sa marraine, la seule personne sur le soutien de laquelle il pouvait compter.

Cela le guérit avec un médicament singulier : le whisky et le lait. Ferdinand une fois rétabli (et devenu abstinent), il a trouvé du travail dans un «saloon» réservé aux Blancs appartenant à Mattie Bailey.

Quelqu’un a répandu la rumeur selon laquelle les deux étaient amants et Ferdinad, qui, malgré sa peau claire, était noir, a pensé qu’il était plus prudent de quitter Biloxi et de retourner à la Nouvelle-Orléans.

C’était en 1902 et il avait dix-sept ans. Pendant deux ans, Morton a joué à la Nouvelle-Orléans et a découvert la vie dans ses aspects les plus bruts et les plus contrastés.

Sa fierté sans bornes l’empêchait d’admettre que les autres lui étaient supérieurs au clavier, sauf dans le cas de Tony Jackson et de Porter King.

Le premier était peut-être le meilleur des pianistes qui jouaient dans les bordels luxueux de la Nouvelle-Orléans et Morton enviait sincèrement son talent. Ce dernier l’a rencontré alors qu’il partait travailler à Mobile, en Alabama, et une amitié sincère est née entre les deux. Morton admirait la préparation musicale supérieure de King, originaire de Floride, et il appréciait, à son tour, la fraîcheur de son ami en tant que compositeur : parmi les pièces qu’il aimait le plus, il y avait une composition encore sans titre et qui deviendra plus tard, en son honneur , le King Porter Stomp.

Fin 1905, le jazzman agité revient à la Nouvelle-Orléans.

En plus d’être un bon musicien, il était devenu un expert en billard. Une nuit, il se retrouve face à Aaron Harris, un dangereux gangster local, sur la conscience duquel pèsent onze meurtres. Morton, sans le moindre soupçon de qui il était, l’a battu au jeu ; averti immédiatement après par un ami de l’identité de son adversaire, il jugea opportun de repartir au plus vite et quitta de nouveau la Nouvelle-Orléans.

C’était en 1907 ou 1908.

Ferdinand devient ''Jelly Roll'' Morton!

Il joue un temps à Memphis, où il rencontre W.C. Handy, qui sera plus tard surnommé le « père du blues ».

De là, il part pour une série de spectacles qui l’emmènent de New York à l’Oklahoma. Un soir, il improvisa, comme à son habitude, une scène comique avec un acteur noir nommé Sandy Burns : il fit beaucoup rire du public en se faisant appeler ’’Sweet Papa Cream Puff ‘’ (tout droit sorti de la boulangerie), et Morton a immédiatement répondu qu’il sortait aussi de la boulangerie, mais sous le nom de “Sweet Papa Jelly Roll“.

Depuis lors, ce nom, qui selon d’autres aurait une signification obscène et dérive d’une forme d’argot apprise à l’époque où il travaillait à Storyville – est resté avec lui, et il semblait naturel que le premier morceau qu’il ait composé après l’épisode s’appelle Jelly Roll bleus.

De Memphis, il passa au Texas. Pendant un certain temps, il s’installe à Houston, réussissant même à ouvrir une boutique de tailleur, puis, suite à une liaison peu claire avec un policier, il quitte la ville et s’installe à Saint-Louis avec les Minstrels de Mc Cabe.

Mais le climat d’intolérance envers les Noirs le convainc de déménager bientôt à Kansas City et de là à Chicago. Dans cette ville, il forme un groupe appelé Incomparables, composé de cornet, trombone, clarinette, batterie et, bien sûr, piano, qui joue à l’Elite Numéro 2, un club très connu, dont il est lui-même manager, et dans lequel il avait été précédé par Tony Jackson. Mais il recommença bientôt à voyager.

A cette époque, en 1911, il fait également une apparition à New York, impressionnant, selon un témoignage de James P. Johnson, par son élégance, pour les filles de la vie qui l’accompagnent et qui travaillent pour lui, et bien sûr pour son extraordinaire talent de pianiste de ragtime.

En 1917, on le retrouve à Los Angeles puis, les six années suivantes, dans diverses villes de Californie et de l’Ouest. A ses côtés se trouve une jeune femme, Anita Gonzales, qui lui a inspiré deux chansons : Mama’ Nita et Suite Anita Mine.

Puis, une dispute occasionnelle les divise : Jelly quitte la Californie et ne revoit pas Anita avant une vingtaine d’années, bien qu’il entretienne avec elle une relation épistolaire. À Chicago, en juin 1923, Morton enregistre ses premiers disques, Muddy Water Blues et Big Fat Ham, en compagnie de cinq musiciens dont l’identité n’est pas établie avec certitude. À l’invitation de la Star Piano Company, il se rend ensuite à Richmond, dans l’Indiana, où il enregistre ses premiers solos et quelques morceaux avec les New Orleans Rhythm Kings, l’un des « groupes » blancs les plus brillants de l’histoire du jazz.

Le célèbre Wolverine Blues, écrit en 1906 sans titre, a été acheté pour trois mille dollars par D. Lester & Walter Melrose, la maison d’édition musicale où Morton travaillait comme arrangeur.

New Orleans Rhythm Kings
New Orleans Rhythm Kings - Courtesy of Pettis Family

La célébrité arrive... Enfin!

En 1923, la renommée de ce morceau, qui n’était pas un blues mais un exemple particulièrement sophistiqué de « ragtime », augmenta énormément : tous les catalogues musicaux voulaient en proposer au moins un enregistrement, même s’il était joué par des orchestres de danse blancs, ce qui n’étaient certainement pas capables d’aborder une pièce aussi compliquée.

Ce fut un succès : Chicago offrit à Morton la prospérité, une voiture puissante, une garde-robe pleine de vêtements élégants.

Promu au rang de star, le pianiste pouvait se vanter d’avoir un diamant entre ses dents de devant. Cependant, le travail intense, la richesse et le succès ne l’ont pas guéri de son sentiment de solitude désespérée. En tant que Créole, il sentait qu’il n’appartenait ni à la société blanche ni à la société noire et il essayait en vain de cacher son insécurité en exagérant ses propres capacités.

Les frères Melrose, dans leur rôle de découvreurs de talents, ont assuré la maison de disques Victor de leur collaboration ; en septembre 1926, Morton signa un contrat de quatre ans, durant lequel il enregistrera environ soixante-dix morceaux à Chicago, New York et Camden.

Il utilisait, en règle générale, des éléments différents pour chaque séance, et s’il ne pouvait pas toujours faire appel aux musiciens qu’il aurait voulu avec lui, il parvenait néanmoins à avoir dans ses formations des hommes comme Omer Simeon et Albert Nicholas.

Au printemps 1928, Jelly s’installe à New York, où l’attend cependant une période difficile. Le public semblait fatigué du jazz tel que Morton le comprenait et se passionnait de plus en plus pour le style complaisant et sucré des grands orchestres blancs.

La dépression économique qui se profilait à l’horizon mettait en crise principalement les musiciens qui ne voulaient pas faire de compromis, et avec eux le marché des disques de jazz authentiques. Le vieux Victor faisait encore des enregistrements avec Jelly, jusqu’à ce qu’il soit absorbé par RCA en 1929.

Cela obligeait le musicien à faire un compromis entre le style de la Nouvelle-Orléans et celui des big bands à la mode.

Nous continuerons avec la biographie de Jelly Roll Morton dans le prochain article !

Restez avec nous ;), en attendant lisez (si ce n’est pas déjà fait) la bio de COUNT BASIE !

Et écoutez (et jouez-le si vous êtes musiciens 😉 le WOLVERINE BLUES qui a rendu notre pianiste célèbre !

Sax
Suivez-moi
Latest posts by Sax (see all)
5 1 Vote
Article Rating
Abonnez-vous
Prévenez-moi
guest
0 Commenti
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous pouvez également apprécier

0
J'aimerais savoir vos pensées, s'il vous plaît commentez.x