~  Plus qu’une école de DANSE  ~

Count Basie – Partie 2

Biographies Jazz

Où étions nous avec Count Basie?

On continue avec la deuxième partie de notre Mini Biographie sur COUNT BASIE !
Dans le dernier article nous nous étions arrêtés à l’arrivée de Basie et Hammond à New York et à leur « presque » premier enregistrement.

Les premiers enregistrements

Le 9 octobre 1936, Basie et son groupe enregistrèrent les quatre chansons préférées de leur répertoire pour Vocalion : Shoe Shine Swing, Evening, Boogie Woogie et Oh, Lady Be Good.

Le grand Jimmy Rushing a chanté Evening et Boogie Woogie sous forme de blues.

Lester Young a joué magnifiquement et les trois hommes de la section rythmique (Basie au piano, Page à la basse et Jo Jones à la batterie) ont même entamé une révolution rythmique.

Trois mois plus tard, l’orchestre enregistre ses premiers disques pour la Decca: Pennies From Heaven, une chanson à succès d’un film de Bing Crosby, Swinging At The Daisy Chain, Honeysuckle Rose et Roseland Shuffle.

Deux mois plus tard, Basie enregistrait quatre autres chansons : Boo-Hoo, The Glory Of Love, Exactly Like You et une version complète de Boogie Woogie, toutes les quatre chantées par Rushing. Ainsi, lorsque Basie est apparu dans le petit club Famous Door sur la 52e rue, les choses allaient déjà mieux pour son orchestre.

L’orchestre a également diffusé pour une station de radio privée et est immédiatement devenu populaire.

À peu près à cette époque, Basie engageait le trompettiste Harry Edison et le saxophoniste alto Earl Warren, qui remplaçaient Caughey Roberts.

Maintenant, l’orchestre était fort, comme il le méritait. Il s’est appuyé d’abord sur l’excellente section rythmique (Page, Green, Jones, Basie) puis sur les saxophones ténor (Young et Evans) et enfin sur les cuivres et les autres anches.

De nombreux classiques de Basie, comme sa chanson thème, One O’Clock Jump, ont commencé par une improvisation de la section rythmique, suivie de quelques solos de sax ténor, qui aboutissaient parfois à un ensemble complet.

Basie a toujours été un partisan de la simplicité, dans le jazz comme dans tout type de musique.

Il tentait rarement des harmonies compliquées comme le faisait souvent Duke Ellington.

Il préfère le style de Fletcher Henderson, avec les riffs des saxophones opposés au son sec et presque percussif des cuivres, et avec l’emphase ininterrompue des rythmes 4/4.

La plupart des performances instrumentales les plus populaires de Basie n’étaient pas écrites : lui et ses musiciens jouaient librement leurs parties dans ce qu’on appelait des arrangements « de tête ».

Ses Chanteuses

Les années 1938 à 1940 furent très bonnes pour Basie. Avec ses musiciens, il entra dans les meilleurs clubs des États-Unis, réalisant des profits extraordinaires grâce à ses performances écrasantes qui duraient toute une nuit.

Ses chanteurs étaient au sommet de la vague à cette époque-là.

Depuis quelques mois, l’incomparable Billie Holiday avait également apporté du prestige à l’orchestre.

Mais Billie était une femme tourmentée et difficile.

Elle manquait souvent les répétitions, était toujours en retard, manquait les trains et les bus qui conduisaient l’orchestre aux différents lieux où elle avait été engagée ; c’est pourquoi, bien qu’à contrecœur, l’imprésario Alexander a dû convenir avec Basie qu’elle était un fardeau pour le groupe malgré son génie musical et qu’il serait donc approprié de se passer d’elle.

Après le départ de Billie Holiday, partie avec Artie Shaw, John Hammond a demandé à Basie d’embaucher Helen Humes, venue à New York depuis Louisville, une ville du Kentucky.

Helen a réalisé de nombreux disques à succès avec Basie, notamment Dark Rapture, Don’t Worry About Me, If I Could Be With You et The Angels Sing.

Dans la photo de gauche Count Basie (au centre) avec Jimmy Rushing et Helen Humes - À droite avec Billie Holiday
Dans la photo de gauche Count Basie (au centre) avec Jimmy Rushing et Helen Humes - À droite avec Billie Holiday

Les Succès

Malgré la qualité de ses chansons, à cette époque, les enregistrements les plus brillants étaient encore les seuls instrumentaux.

Vous vous souvenez de Topsy, Out Of The Window, Every Tub, Sent For You Yesterday, Swinging The Blues, Blue And Sentimental, Doggin’ Around, Texas Shuffle, Panassié Stomp, Cherokee, Evil Blues et Oh, Lady Be Good?

Si vous ne les connaissez pas, je vous recommande de les rechercher 😉

Ouvrons une brève parenthèse et voyons comment l’orchestre a été composé en 1939.

Les trompettes étaient

  • Ed Lewis,
  • Harry “Sweets” Edison,
  • Buck Clayton
  • Shad Collins

 

Les trombones

  • Dan Mineur,
  • Benny Morton
  • Dickie Wells

 

Les saxophones

  • Comte Warren,
  • Jack Washington,
  • Lester Young
  • Copain Tate

 

Bien entendu, la section rythmique est restée inchangée : Basie, Green, Page et Jones.

Le 1941 fut une année pleine de succès. Basie a joué au Carnegie Hall de New York en mai et la réponse publicitaire a été remarquable.

Il a réalisé quelques disques avec Coleman Hawkins comme soliste invité (9.20 Special et Feedin’ The Bean) et ces enregistrements ont suscité beaucoup d’intérêt. Avec son orchestre, il apparaît également dans certains films qui contribuent à accroître sa popularité.

Carnegie Hall

Les Adieux de Lester Young

Mais les problèmes ne manquaient pas.

Le 13 décembre 1941, une semaine après l’entrée en guerre des États-Unis, Vic Dickenson, excellent tromboniste, quitte l’orchestre et Lester Young ne se présente pas à une séance d’enregistrement.

Lorsqu’un homme s’est présenté à l’appartement de Young en fin d’après-midi et a essayé de le réveiller, le saxophoniste superstitieux a tiré la couverture sur sa tête et a crié : “Va-t’en et laisse-moi dormir… un homme ne gagne rien à jouer un vendredi 13!”.

Basie est un homme d’excellent caractère, doté d’un grand sens de l’humour et qui se met rarement en colère contre ses musiciens.

Mais il renvoya immédiatement le grand Lester lorsqu’il devint évident qu’il commençait à se considérer plus important que l’orchestre.

De la II Guerre aux année 80

La Seconde Guerre mondiale appelle aux armes de nombreux musiciens talentueux et de nombreux orchestres doivent abandonner leur activité habituelle. Basie a également perdu des hommes, mais son orchestre a pu continuer à jouer un excellent jazz.

En 1943, l’orchestre fut le premier groupe noir à jouer dans l’exclusif Blue Room du Lincoln Hotel à New York, fréquenté par la riche bourgeoisie blanche.

Tout au long des années de guerre, malgré de fréquents changements de personnel, Basie a continué à se produire avec brio dans tous les meilleurs endroits.

Ses disques se sont très bien vendus. Cependant, avec la fin de la guerre, un profond changement se produisit dans les goûts du public américain.

Les chanteurs deviennent à la mode et les orchestres perdent du terrain.

En 1950, très peu d’entreprises étaient encore en activité.

Jimmie Lunceford était décédé en 1947. Benny Goodman et Woody Herman n’avaient plus d’orchestre.

Basie aussi, à contrecœur, dut renvoyer ses hommes et, suivant les conseils d’Alexandre, il se rabattit sur un petit groupe, un septuor qui comprenait Clark Terry à la trompette, Wardell Gray au sax ténor, Buddy De Franco à la clarinette.

Ce furent deux années très tristes pour Basie. Finalement, il ne put résister plus longtemps.

Aidé par Alexandre, il se remet bientôt au piano, accompagné du son précis et puissant de huit instruments à vent, cinq anches et quatre rythmes, un ensemble plus vaste et plus coloré que celui de deux ans plus tôt.

Un retour qui a également bénéficié d’une tournée de concerts avec Frank Sinatra.

En 1954, l’orchestre de Basie fit sa première tournée européenne et ce fut partout un triomphe. C’était désormais une formation presque entièrement nouvelle par rapport à la précédente.

Les temps avaient changé, le rock’n roll étaitest devenu extrêmement populaire parmi les jeunes, mais le ”vieux” Basie gagnait plus qu’à son apogée dans les années 1930 et 1940.

À l’automne 1957, lors de sa deuxième tournée de concerts en Angleterre, celui de Basie fut le premier orchestre Américain à jouer pour la reine Elizabeth. Cela lui a valu une énorme publicité dans le monde entier et un engagement de treize semaines à l’hôtel Waldorf Astoria de New York (une première fois pour un orchestre noir).

Côté disques, Count a commencé à enregistrer pour Norman Granz et ses labels Clef et Verve. Granz était depuis longtemps un admirateur de Basie et le présentait souvent dans ses concerts ”Jazz at the Philharmonic”, donnés d’abord en Californie puis dans les grandes villes du monde.

Désormais, Basie s’appuie de plus en plus sur le talent d’un arrangeur (et trompettiste) blanc qui a travaillé plusieurs années avec l’orchestre de Woody Herman : Neal Hefti.

Le saxophoniste ténor Eddie « Lockjaw » Davis, avec ses solos captivants, a également contribué à maintenir la renommée de Basie dans les années 1950 et au début des années 1960.

L’association avec les grandes voix du jazz mais aussi de la musique pop caractérisera plus tard l’activité de Basie, s’accentuant dans les années 70, lorsque l’orchestre perdit progressivement ses meilleurs solistes et semblait se limiter à une routine, quoique de haut niveau. .

Avec Ella Fitzgerald, Basie fit de nombreuses tournées aux États-Unis et aussi en Europe (celles des années 70 et 71 furent triomphales).

D’autres « monstres sacrés » qui utilisèrent l’accompagnement luxueux de l’orchestre de Basie furent encore une fois Frank Sinatra, Tony Bennett, Mel Tormé, Sarah Vaughan, Sammy Davis Junior, Joe Williams, Billy Eckstine, souvent dans des spectacles à Las Vegas, puis Carmen McRae, Peggy Lee et même le chanteur pop anglais Tom Jones.

Lié à Norman Granz et son nouveau label Pablo (une de mes maisons de disques préférées ;), Basie enregistrera ces dernières années plusieurs disques dans les combinaisons les plus variées, avec l’orchestre ou avec de petits ensembles, avec des solistes célèbres tels que J. J. Johnson, Zoot Sims, Harry Edison, Clark Terry, Joe Pass, Roy Eldridge, Milt Jackson et également en duo de piano avec Oscar Peterson. 

Le 3 septembre 1976, un frisson parcourut tous les nombreux admirateurs de Basie lorsque la nouvelle se répandit que le ”Comte” avait subi une crise cardiaque alors qu’il était à Las Vegas pour une série de représentations.

L’orchestre ne s’est pas arrêté, la direction a été reprise par le pianiste Nat Pierce, mais tout le monde se demandait si le vieux et glorieux chef pourrait reprendre sa place.

La forte fibre lui permet une guérison rapide et le 6 janvier, à Red Lands, Basie réapparaît au piano avec son orchestre.

Les tournées aux USA, au Japon, en Europe ont repris, les disques et tout le reste.

Mais comme il est évident, ces derniers mois, le rythme intense s’est un peu ralenti.

Désormais, Basie ne joue ”que” quatre à cinq jours par semaine et prend quelques semaines de congé tous les trois mois.

Mais lorsqu’il revient sur le devant de la scène, le public le célèbre comme toujours et ne se lasse pas d’applaudir les incontournables April In Paris et I Can’t Stop Loving You.

Et ici se termine notre (bref) voyage dans la carrière de Count Basie.

Je vous laisse avec notre Playlist Spotify dédiée au grand pianiste, où vous pourrez retrouver certaines des chansons dont nous avons parlé dans la biographie (pas toutes sinon où est le plaisir 😉

Si vous avez manqué la première partie, cliquez ici !

A presto

Crédits

Je remercie la FABBRI EDITORI (maison d’édition italienne) et sa collection de disques I GRANDI DEL JAZZ (imprimé en 1981) qui m’a donné l’occasion de découvrir et de vous faire découvrir les musiciens qui ont joué pour Count.
Je remercie également Dave Dexter Jr. pour ses écrits qui ont inspiré mon article !

Je ne pourrais rien apprendre s’il n’y avait pas des gens comme vous qui ont fait de leur vie une étude sur les grands de la musique ! MERCI!

Sax
Suivez-moi
Latest posts by Sax (see all)
5 1 Vote
Article Rating
Abonnez-vous
Prévenez-moi
guest
0 Commenti
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous pouvez également apprécier

0
J'aimerais savoir vos pensées, s'il vous plaît commentez.x