~  Plus qu’une école de DANSE  ~

Jelly Roll Morton – Partie 2

Biographies Jazz

Nous avons quitté Jelly Roll Morton à la recherche de son identité dans la musique jouée par les Big Bands…

Malheureusement la tentative fut un échec : les disques se vendirent mal et celui qui avait été « l’artiste numéro un de Victor » selon les propres mots de Morton dut subir l’indignité de voir son nom effacé du catalogue de Victor et remplacé par des musiciens qu’il considérait de rang inférieur.

Jerry Roll Morton et la "poisse"

Durant cette période, Jelly devint convaincu qu’il était victime du mauvais œil.

Il avait fondé une maison de musique avec un Antillais qui pratiquait la magie vaudou : un jour une violente dispute éclata entre eux et son partenaire lui jeta une sorte de malédiction. Jelly, fervent catholique, ne croyait pas à la magie noire, mais il ne fait aucun doute qu’à partir de ce moment-là, les choses ont mal tourné pour lui.

En 1935, il doit quitter sa femme (une danseuse créole de la Nouvelle-Orléans, Mabel Bertrand, qu’il a épousée en novembre 1928) et partir à Washington chercher fortune.

Pendant deux ans, Mabel n’eut aucune nouvelle précise de lui ; en le retrouvant à New York, elle découvre qu’il avait été l’organisateur de matchs de boxe et le gérant d’un club sordide dans le quartier noir de Washington.

Malgré des changements de nom répétés (The Music Box, The Blues Moon Inn, The Jungle Club) et tous les efforts de Morton, le club n’a pas réussi. Les jeunes élevés dans le goût de la musique «Swing» ne comprenaient pas ce que voulait ce vieux musicien.

Une nuit, un voyou l’avait frappé avec un poignard, le blessant grièvement. Mabel persuada Jelly de retenter sa chance à New York, mais ses blessures, bien qu’apparemment guéries, avaient manifestement miné sa santé plus que lui et sa femme n’auraient alors pu le supposer.

Une forme gênante d’asthme et des problèmes cardiaques l’ont contraint à annuler certains engagements.

La revanche de la vieille école

En mars 1938, Morton entendit un soir à la radio une émission dans laquelle W.C. Handy était présenté comme le créateur du blues, du jazz et du ragtime. Indigné, il écrit une lettre ouverte au rédacteur en chef de l’émission et l’envoie au journal «Baltimore Afro-American» et pour information au magazine de musique populaire «Down Beat».

La publication de ses écrits furieux, dans lesquels elle revendique naturellement la paternité de l’inventeur du jazz, en 1902, obtient l’effet escompté de ramener l’attention sur son nom longtemps oublié : Victor exhume le meilleur de son répertoire et il est invité à participer à l’émission radiophonique «We, the People» ; puis il fut l’invité d’un spectacle de la “Chamber Music Society”.

En mai de la même année, Morton commença une longue série d’enregistrements pour la Bibliothèque du Congrès, qui seront publiés des années plus tard, plus ou moins partiellement, puis réédités sous divers labels.

Les textes des interviews auraient plutôt constitué l’épine dorsale d’un livre que lui aurait consacré Alan Lomax et intitulé “Mister Jelly Roll”.

Morton crut alors que la chance lui avait de nouveau souri et se produisit pendant quelque temps dans les clubs new-yorkais et donna des interviews triomphales. À l’automne 1940, après avoir appris la nouvelle du décès de sa marraine, elle partit sans hésitation pour la Californie.

Jelly meurt le 10 juillet 1941, tandis qu’un intérêt bien plus intense que Morton lui-même aurait pu rêver renaît autour de lui et de sa musique.

William Christopher Handy
William Christopher Handy, coupable, selon Morton, d'avoir volé son « titre » d'inventeur du Jazz.

Sa musique

Parmi les disques les plus anciens, beaucoup incluent des solos de piano, pour la plupart enregistrés à Richmond pour Gennett, dans une grande cabane utilisée comme studio près de la voie ferrée.

Le piano a toujours été l’instrument le plus difficile à enregistrer : il faut donc penser que la musique de Morton était de loin supérieure à celle qui apparaît sur ses premiers disques, comme King Porter Stomp, The Pearls, Kansas City Stomps, Grandpa’s Spells, Wolverine Blues etc.

Le Blues-Joy de la Nouvelle-Orléans est remarquable : la musique de Morton qui accompagnait et rédemptait le « Joy », une danse tout en exhibitionnisme, vulgarité et érotisme, a presque l’équilibre, la grâce et la forme d’une étude de Chopin.

Bon nombre des premiers solos enregistrés par Jelly n’ont jamais été répétés : Perfect Rag est connu pour être un ragtime original, brillant et précis : Stratford Hunch a également été composé pour piano et n’a plus jamais été enregistré ; et Tia Juana, un air commercial de l’époque, mérite l’attention pour la « couleur espagnole », que Morton considérait comme essentielle au parfait succès de tout spectacle de jazz.

Ces pièces d’orchestre furent suivies par d’autres pour Okeh : les deux seules faces publiées ne sont pas particulièrement réussies et il est peu probable que le mauvais tromboniste entendu dans le London Blues soit le légendaire Calvin “Zue” Robertson, comme certains le croyaient.

Comme nous l’avons déjà dit, à la fin de l’été 1926, Jelly signa un contrat avec la Victor et enregistra les six premières chansons dans la salle de bal de l’hôtel Webster.

Les trois premiers ont été interprétés par une formation inégalée par la splendeur et l’équilibre et composée de George Mitchell au cornet, Kid Ory au trombone, Omer Simeon à la clarinette, Johnny St. Cyr au banjo et à la guitare, Joe Lindsay à la contrebasse et enfin Mr. Jelly Lord – comme il se surnomme dans l’un de ses meilleurs jeux de mots – au piano.

Les titres des trois chansons étaient : Black Bottom Stomp, The Chant et Smoke House Blues.

Tous les trois sont des chefs-d’œuvre absolus.

Les trois autres chansons, enregistrées apres une semaine, ont été interprétées par la même formation enrichie de deux éléments de la section d’Oliver Darnell Howard et Barney Bigard.

L’un des meilleurs disques de Jelly est un morceau de son ami King Oliver, Doctor Jazz, enregistré le 16 décembre 1926 avec le même groupe que le premier enregistrement de Victor, et devenu célèbre pour un solo du clarinettiste Omer Simeon basé sur une note tenue et pour l’intervention vocale explosive de Morton lui-même.

Jelly Roll Morton et ses Red Hot Peppers
Jelly Roll Morton et ses Red Hot Peppers

Outre Doctor Jazz, de cette séance sont nés de brillants arrangements orchestraux de chansons déjà enregistrées pour la plupart sous forme de solos de piano : Jelly Roll Blues et Grandpa’s Spells, appartenant au groupe d’enregistrements pour Gennett réalisés en 1923-24, tandis que Someday Sweetheart était l’un des pièces de peu de valeur gravées du complexe Okeh.

La version Victor, malgré l’ajout de deux violons à l’ensemble, est sans doute bien plus valable et se caractérise par un long solo d’Omer Simeon à la clarinette.

Le cinquième morceau, Cannonball Blues, existe en deux versions complètement différentes : l’une lente et “détendue”, l’autre beaucoup plus rapide mais caractérisée par un Swing agile, qui portent toutes deux l’empreinte infaillible du génie de Morton.

Hormis un album de 1934 avec le trompettiste de la Nouvelle-Orléans Wingy Manone, il ne semble pas que Morton ait fait d’autres enregistrements jusqu’aux fameux enregistrements réalisés à la Bibliothèque du Congrès à Washington, qui furent suivis de diverses sessions de piano solo et de deux autres “sessions”. pour le Victor en septembre 1939.

A cette occasion, avec la contribution d’excellents solistes tels que Sidney Bechet, Albert Nicholas et Sidney De Paris, huit pièces ont été créées qui représentent en quelque sorte une « somme » de sa vie musicale : High Society, Oh Didn’t The Ramble, Climax. Rag, Ballin’ Le Jack.

Les trois dernières pièces orchestrales enregistrées en janvier 1940 ont désormais perdu l’étincelle divine qui avait fait la grandeur des enregistrements de Morton dans le passé.

Et ici se termine notre court voyage dans la vie de Ferdinand Joseph La Menthe plus communément appelé Mr. Jelly Roll Morton.

Je vous laisse avec notre Playlist Spotify dédiée au premier grand pianiste Jazz, où vous pourrez retrouver la plus parts des chansons dont nous avons parlé dans la biographie!

Si vous avez manqué la première partie, cliquez ici !

A presto

Crédits

Je remercie la FABBRI EDITORI (maison d’édition italienne) et sa collection de disques I GRANDI DEL JAZZ (imprimé en 1981) qui m’a donné l’occasion de découvrir et de vous faire découvrir les musiciens qui ont joué pour et avec Jerry Roll Morton.
Je remercie également Brian Rust pour ses écrits qui ont inspiré mon article !

Je ne pourrais rien apprendre s’il n’y avait pas des gens comme vous qui ont fait de leur vie une étude sur les grands de la musique ! MERCI!

Sax
Suivez-moi
5 1 Vote
Article Rating
Abonnez-vous
Prévenez-moi
guest
0 Commenti
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous pouvez également apprécier

0
J'aimerais savoir vos pensées, s'il vous plaît commentez.x